Game PassÉvaluations

Revue | Chronique d'Eiyuden: Rising

Étiré mince

Eiyuden Chronicle: Rising est sorti jour et date sur Xbox Game Pass. C'est étrange, car c'est la préquelle du spin-off d'action RPG d'un jeu qui sort dans un an! Vous prendrez (éventuellement) trois personnages d'horizons assez différents et vous vous frayerez un chemin à travers les mêmes environnements encore et encore et encore. À seulement 14.99 $, j'ai été choqué de voir à quel point ce jeu est incroyablement long, surtout compte tenu de son étonnant manque de variation à la fois dans le gameplay et dans les lieux. Pourtant, j'ai en quelque sorte appris à plutôt profiter de mon temps avec elle. C'est sacrément joli, l'écriture est excellente parfois, et il y a du cœur ici. Est-ce suffisant pour que celui-ci vaille votre temps? Eh bien, découvrons.

Comme du beurre sur trop de pain

Eiyuden Chronicle a eu une campagne Kickstarter réussie qui a conduit à deux jeux. Hundred Heroes est le titre principal et sortira l'année prochaine. Comme indiqué précédemment, il s'agit de Rising qui met en place plusieurs personnages compagnons que vous rencontrerez dans le RPG complet. C'est une action-aventure à défilement latéral sur un budget. La première chose que vous remarquerez est sacrément, c'est joli. Une esthétique de pixel est utilisée sur les modèles de personnages et d'ennemis, mais la majeure partie du jeu est entièrement rendue, ce qui permet au système d'éclairage de tout lier. Ce n'est pas tellement 2.5D, car vous ne changez jamais de perspective, mais les développeurs utilisent intelligemment plusieurs niveaux à l'avant et à l'arrière-plan pour donner aux choses une bonne sensation de profondeur.

Vous êtes CJ, une aventurière robuste de 16 ans qui cherche à compléter le droit de passage de son village. Pour ce faire, elle visite une ville qui a récemment découvert, après un tremblement de terre massif, qu'il y a un ensemble de tumulus remplis de trésors en dessous. La portée des choses est plus petite que l'histoire moyenne et je l'ai appréciée, même si cela signifiait que la variété des lieux était étonnamment petite pour un jeu censé durer 25 heures. Au début, l'accent est mis sur l'apaisement du maire de la ville afin que votre aventurier potentiel puisse partir à la recherche d'un trésor suffisamment digne de son rite. Cela conduit à l'un des principaux mécanismes du jeu, la carte tampon.

Je ne peux pas l'enrober, ces timbres qu'il suit sont presque tous des quêtes de récupération ennuyeuses qui vous font aller et venir dans les quelques zones du jeu des dizaines de fois et il y en a…. 160 au total. Ces quêtes ne sont pas facultatives non plus, car elles sont souvent directement liées à la construction de la ville, ce qui déverrouille à son tour chaque chemin de mise à niveau du jeu. Heureusement, l'histoire elle-même est bien écrite, parfois drôle, et m'a gardé intéressé tout au long de mon temps de jeu. Cela ressemble à une configuration pour le prochain jeu, ce qui est à prévoir, mais le texte traduit est de haute qualité et j'ai appris à aimer tous les personnages principaux au fil du temps. Un autre domaine qui a mis beaucoup trop de temps à devenir intéressant et qui a ensuite dépassé son accueil était le combat.

Un bouton pour les gouverner tous

Pendant les premières heures d'EC: Rising, vous attaquerez en appuyant deux fois sur x, en attendant la fin du temps de recharge interne, puis en appuyant à nouveau sur x deux fois. Pendant les 4 ou 5 prochaines heures, vous pourrez alors mélanger le bouton y lorsque votre 2e membre du groupe devient enfin disponible. Quelques heures plus tard, vous accédez enfin au bouton b et les choses deviennent vraiment… presque médiocres. Le combat dans le jeu prend beaucoup trop de temps pour arriver à ce que j'attendrais d'un système standard et n'est qu'un autre cas où ce titre à petit budget se pousse trop loin. Avoir un combo de base de deux balançoires pendant si longtemps m'a semblé terrible et m'a fait envisager de ne pas faire l'examen. Une fois que CJ a été rejoint par Garoo, le 2e membre du groupe pouvant mélanger un autre bouton (les attaques vous changent également en ce personnage lorsqu'ils se balancent également) a ajouté un peu de piquant et déverrouillé la seule partie intéressante du combat du jeu. Enfin, lorsque le troisième personnage a rejoint le système, il est devenu quelque peu décent, mais il a fallu un temps incroyablement long pour y arriver.

La partie intéressante du combat est un système de ralentissement qui fonctionne sur un court temps de recharge. Démarrer un combo avec un personnage, puis passer à un autre vous permet d'enchaîner les attaques de manière à la fois cool et assez puissante. Tous ces magasins que vous aidez à ouvrir en ville vous vendent des améliorations pour vos armes et armures qui peuvent ajouter des choses comme un double saut pour CJ, un saut de puissance pour Garoo et une capacité de flottement pour Isha. Vers la fin de mon temps avec le jeu, j'ai finalement senti que j'avais suffisamment de capacités pour faire face aux ennemis du jeu d'une manière presque satisfaisante, mais cela ne s'est jamais bien senti. Tout est un peu trop délibéré, le mouvement est toujours guindé et vous pouvez être enfermé trop facilement dans un coin par certains ennemis. Je n'ai pas détesté le combat et la traversée du jeu, mais ce n'est certainement pas dans l'échelon supérieur du genre.

Sont proposés un mode normal (ce que j'ai décrit) et un mode de base qui transforme les choses en Baland Wonderworld. Un bouton est tout ce dont vous avez besoin et le jeu fait le reste pour vous. Ce serait bien pour les enfants, je suppose, mais avec la lenteur incroyable du dialogue et la répétitivité des quêtes, je ne peux pas imaginer que la plupart des enfants s'en tiennent à cela, aussi joli soit-il.

Rythme d'escargot

L'écriture dans le jeu est vraiment bonne, mais le rythme auquel il est livré est terrible. Au début, cela ne me dérangeait pas d'appuyer sur A pour faire progresser le dialogue, mais après ma 15e longue conversation de 5 minutes (dont j'ai fini par en avoir beaucoup plus), j'étais prêt à commencer à maintenir le bouton de menu et à sauter des choses. Le principal problème avec cela est que le journal des quêtes fait un travail terrible en expliquant où aller pour les objectifs à certains moments, donc je ne voulais pas le risquer. Ce jeu se déroule principalement autour d'une ville et vous ferez des allers-retours en parlant à ses habitants des centaines de fois tout au long de votre partie. Finalement, mon cerveau s'éteignait et j'enregistrais à peine ce que quelqu'un disait parce que je savais quelle serait la fin. "CJ, s'il vous plaît, allez ici, trouvez ceci et rapportez-le-moi".

Au début vous avez un petit nombre de tampons à remplir sur votre carte, après l'avoir rempli je me suis dit « je dois approcher de la fin ! puis j'ai vu la liste complète, ce n'était pas la vingtaine que j'avais faite, non non non, c'était CENT SOIXANTE de ces quêtes de récupération au total. Il y a des choses légitimement amusantes à faire dans ce jeu mais mon dieu, pourquoi ont-ils dû vous faire répéter les mêmes choses autant de fois ? Je dois avoir traversé la grande zone forestière pour 20 quêtes différentes maintenant, et elles sont toutes déverrouillées dans un chemin défini, donc ce n'est pas comme si je pouvais trouver des objets là-dedans avant que la quête n'existe à chaque fois.

La raison principale en est votre "pack de ressources" limité qui peut initialement contenir 50 objets par tour de donjon. Toutes les missions/combats se déroulent dans des donjons avec une configuration similaire. Ils ont des panneaux sur lesquels vous pouvez enregistrer et si vous mourez 20 minutes après le début d'une course et que vous n'avez pas trouvé de panneau, vous perdez toute progression et devez recharger à partir de votre dernière sauvegarde. Le jeu a des sauvegardes automatiques, mais elles semblent surtout intervenir pour les événements liés à l'histoire. Le jeu n'est pas trop difficile, mais les quelques fois où je suis mort 15 ou 35 minutes après le début d'une course et que j'ai vu que je n'avais pas de sauvegarde automatique disponible, c'était extrêmement douloureux. Si vous terminez/quittez un donjon, tout ce que vous avez ramassé ira dans votre inventaire principal infiniment grand. L'un des plus gros problèmes du jeu est le ramassage des objets. Ils ont inclus une animation mignonne pour ces petites boules de lumière rougeoyantes pour sauter d'ennemis vaincus ou d'objets brisés qui font un bel arc puis atterrissent sur le sol. Cela prend une seconde ou deux et si vous ne restez pas là et attendez que l'animation se termine, vous n'obtiendrez pas l'objet. C'est exaspérant car vous êtes en train d'aller chercher le numéro de quête 85 et devez vous arrêter ou revenir en arrière pour obtenir les numéros 20 de "batwing glacé" ou de "minerai de cuivre" dans votre sac.

La partie RPG d'un Action-RPG

CJ, Garoo et Isha ont tous une arme évolutive, un ensemble d'armures et deux emplacements pour anneaux. Finalement, chacun aura quelques emplacements supplémentaires qui vous permettront de définir des harmonisations élémentaires pour vos dégâts infligés et les dégâts reçus. C'est un système ludique qui fonctionne bien et qui a été, à côté de l'écriture, un moment fort pour moi. Pour gagner cet équipement, il y a des tonnes d'objets à collectionner dans le monde et vous serez obligé de mettre à niveau plusieurs magasins grâce à des quêtes secondaires vraiment ennuyeuses. Chaque bonne partie de ce jeu m'a permis de continuer, mais c'était une lutte. Il n'y a pas d'arbre de mise à niveau, mais vous avez un niveau de personnage qui passe par un système d'expérience standard. L'argent s'appelle baqua et se trouve principalement grâce aux récompenses de quête.

Il n'y avait aucun choix de dialogue que j'ai vu, et en fait, le seul vrai choix que j'ai fait était de nommer chacune des armes de mon personnage grâce à un système de nommage prédéfini amusant. Vous êtes de la partie, dans l'histoire, et vous n'avez aucun contrôle réel sur la façon dont tout se passe. Ceci étant une préquelle, on a toujours l'impression qu'il a une histoire distincte à raconter et ça me convenait. L'histoire est sacrément bonne, et vaut parfois les fondus sans fin maladroits au noir chaque fois qu'une section de dialogue se termine. Cela est ensuite suivi d'un écran "quête terminée" qui vous permet d'appuyer sur A pour passer toutes les récompenses et mon dieu, cela peut prendre environ 30 secondes ou plus pour enfin pouvoir bouger à nouveau chaque fois que quelqu'un a fini de parler ! 

La musique était bien faite et je ne l'ai jamais trouvée ennuyeuse malgré l'avoir entendue pendant de nombreuses heures. Les effets sonores sont ce à quoi on pourrait s'attendre et il n'y avait pas de voix à entendre. En ce qui concerne les bogues, j'avais un problème exaspérant où le jeu me disait constamment qu'il ne pouvait pas synchroniser ma sauvegarde avec le cloud, prétendant que cela fonctionnait avec une reprise rapide alors qu'il ne fonctionnait même pas en mode suspension et était dans un état de limbes étrange Xbox En ce qui concerne les clubs, cela me montrerait que je joue, mais les réalisations et les statistiques sont masquées. En bref, cela a été un peu le bordel avant le lancement et j'espère qu'ils les aplaniront au moment où le jeu sera rendu public.

En conclusion

Eiyuden Chronicle: Rising est un très bon jeu de 6 heures qui dure presque trois fois plus longtemps. Si vous vous retrouvez à l'aimer dès le début, cela pourrait bien vous tenir. Malheureusement, j'avais fini à ce moment-là et j'ai dû me forcer à aller plus loin malgré l'amour de l'histoire, de l'écriture et des personnages. Le gameplay finit par devenir quelque chose de proche du bon, et c'est vraiment sacrément joli. Pour 14.99 $ ou un téléchargement sur Xbox Game Pass, ce n'est pas la pire façon de dépenser votre temps et votre argent, mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir l'impression que les développeurs et Rabbit & Bear Studios en ont un peu plus que ce jeu ne pourrait mâcher.

Révisé leXbox Series X
Disponible surXbox One, Xbox Series X|S, Playstation 4 et 5, PC Windows, Nintendo Switch
Date de sortie10 Mai 2022
Développé parNatsume Atari, Studio Lapin et Ours
Publié par505 Jeux
NotéE pour tous

Chronique d'Eiyuden : L'Ascension

14.99 $ et Xbox Game Pass
5.5

Okay

5.5/10

Avantages

  • Magnifique
  • Bien écrit
  • Bonne musique

Inconvénients

  • Quêtes de récupération sans fin
  • Mauvais rythme
  • Combat médiocre
  • C'est beaucoup trop long
  • Extrêmement répétitif

Jesse 'Doncabesa' Norris

Fier père de deux enfants, chanceux d'avoir une femme bien trop bien pour moi. J'écris une tonne de critiques, je suis hôte du podcast You Had Me At Halo et j'aide à remplir partout où je peux pour notre site.

Articles Relatifs

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..

Retour à bouton en haut