Impressions

Aperçu | Dying Light 2: Restez humain

PARKOR

Dying Light 2 est la suite tant attendue et retardée de l'original de 2015. Grâce à Techland, j'en ai joué près de 10 heures jusqu'à présent et ce sera un aperçu sans spoiler de mes premières impressions. Le premier mot qui me vient à l'esprit avec ce jeu est "meilleur". Chaque aspect de celui-ci est amélioré par rapport à l'original, que j'adorais jouer, mais il y avait de vrais points difficiles. Passons en revue ce qui m'a tellement impressionné jusqu'à présent.

Un pas au-dessus

Le principal point à retenir pour moi au début est à quel point le mouvement dans ce jeu est agréable. Dans le premier jeu, vous deviez niveler un peu votre personnage avant qu'il ne se sente assez agile pour danser sur les toits de la ville comme un singe araignée. Dying Light 2 change intelligemment cela en vous permettant de bien mieux ressentir le mouvement de parkour dès le départ, et les mises à niveau initiales que j'ai déverrouillées ont ajouté à un excellent système au lieu d'avoir à le construire pièce par pièce. Les choses en matière de combat sont assez similaires, mais là aussi, vous vous sentez immédiatement plus capable que vous ne l'avez fait au début du premier match.

Il existe un système de mise à niveau léger qui couvre plusieurs aspects de votre personnage, même si entrer dans les détails serait un territoire de spoiler. Les 3 principaux sont votre niveau global, qui augmente très lentement et est lié aux systèmes d'équipement et d'armes, les deux autres concernent vos compétences de parkour et vos capacités de combat qui se nivellent à un rythme décent. Il existe également des moyens d'améliorer votre santé et votre endurance, mais cela est basé sur des consommables au lieu d'un système d'expérience.

Graphiques solides et audio presque solide

Le jeu propose également trois modes graphiques qui devraient être familiers à la plupart : Résolution, Qualité et Performance. La version PC offre le Ray-Tracing mais cela n'est apparemment pas disponible sur les consoles *Correction, Ray-tracing est disponible en utilisant le mode Qualité bien qu'il ne s'agisse pas de reflets* . Le jeu a l'air assez joli à certains moments et un peu moche à d'autres. C'est un monde de jeu très vaste, et je me suis émerveillé de son étendue bien plus que de n'importe quel élément de technologie graphique. Les modèles de personnages peuvent cependant sembler assez beaux, en particulier pour les principaux et les ennemis sont horribles à la fois pour les humains et les monstres. Le système gore est toujours là, et vous couperez des membres à gauche et à droite avec des têtes volant partout si vous avez une arme assez puissante.

La musique du jeu est variée et bien faite. Cela peut parfois sembler un peu déplacé avec la gravité de tout, mais ce n'est jamais mauvais. En fait, je me suis retrouvé assis et à l'écouter un peu, et il est toujours de haute qualité. Le doublage, en revanche, est beaucoup plus irrégulier. Le personnage principal, Aiden, est extrêmement bien fait, tout comme la plupart des personnages les plus importants du jeu. Cependant, presque tous les personnages plus petits / latéraux sont vraiment ringards. Le jeu présente ce qui pourrait être l'un des pires accents du sud des États-Unis que j'aie jamais entendus, et cela rend parfois l'histoire bien écrite aussi sérieuse que je le voudrais.

Une histoire intrigante

Cette histoire est assez basique au début. Aiden est un "pèlerin", l'un des rares à parcourir le pays pour diverses raisons. Je n'entrerai pas dans le territoire des spoilers, mais je dirai que les choses d'aujourd'hui fonctionnent beaucoup mieux pour moi que certaines des séquences les plus oniriques comme les flashbacks. Dans l'ensemble, je suis intéressé par la direction que prend cette histoire et le contenu secondaire, bien qu'un peu à l'emporte-pièce dans la nature, a été suffisamment gratifiant pour que j'en ai fait pas mal.

C'est vraiment un jeu énorme. Que 500 heures à 100% le tweet de la carte semble légitime après mon séjour ici, mais ne vous laissez pas décourager car vous pouvez toujours orienter l'histoire chaque fois que vous choisissez ce qui devrait soi-disant réduire cela à environ 20 heures si vous voulez. Les lignes de dialogue individuelles peuvent être ignorées pendant les cinématiques du jeu, ce qui est toujours un plus si vous êtes un lecteur rapide. Le jeu a déjà taquiné des décisions de changement d'histoire massives que le joueur prendra à l'occasion et je suis sur le point d'atteindre l'une d'entre elles. J'ai hâte de voir comment mes choix vont s'empiler par rapport aux autres au cours des prochaines semaines et à quel point cela compte ou non.

Envelopper les choses

Je suis un grand fan du premier jeu, mais il avait de sérieux problèmes avec son écriture et son travail de personnage. Celui-ci est un grand pas en avant, bien qu'il y ait encore des choses qui l'empêchent de grandir au début. Nous aurons un examen le 2 févriernd à 10 h 2 Est des États-Unis où je pourrai donner mes impressions finales, alors gardez un œil sur notre site pour cela. En ce qui concerne ma première impression globale pour Dying Light XNUMX, je suis très impressionné par son incroyable mouvement basé sur le parkour, son action solide et son intrigue intrigante.

Jesse 'Doncabesa' Norris

Fier père de deux enfants, chanceux d'avoir une femme bien trop bien pour moi. J'écris une tonne de critiques, je suis hôte du podcast You Had Me At Halo et j'aide à remplir partout où je peux pour notre site.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..

Retour à bouton en haut